Kingswood

Le voyage de classe en Angleterre, éternel rêve des collégiens…

 

Dans chaque collège, année après année, l’information se transmet sous le manteau : il y a les professeurs qui organisent des voyages à Londres, Cardiff ou Cork… et ceux qui n’en organisent pas, ou plus.

Pour injuste que cela paraisse, la répartition des élèves dans une classe ou dans une autre détermine en grande partie dès le jour de la rentrée les chances de partir à la découverte de nos voisins anglophones, de leur monarchie, de leurs groupes musicaux et de leurs traditionnels pubs ! (liste non exhaustive)

Pourtant, organiser un séjour linguistique pour une classe de collégiens est souvent beaucoup plus facile que ce que l’on imagine. Et quelle chance pour les élèves, au-delà de l’apprentissage scolaire de la langue, d’apprécier de communiquer en anglais !

Les objectifs pédagogiques d’un voyage en Angleterre au collège.

 

A chaque niveau ses objectifs pédagogiques. Si en 6ème ou 5ème, un voyage linguistique au Royaume-Uni aura pour principal objectif de permettre aux élèves de découvrir le pays et de s’imprégner de sonorités anglaises, en 4ème comme en 3ème il s’agira avant tout de progresser et d’acquérir une aisance naturelle autant en compréhension qu’en expression anglaise. Pour les professeurs d’anglais, il est donc important de définir avec précision les objectifs pédagogiques lors de la préparation du voyage, et d’organiser le séjour en fonction de ces objectifs.

Pour les plus jeunes, découvrir un nouveau pays (et pour certains élèves franchir pour la première fois les frontières hexagonales), approcher une nouvelle culture directement et non plus par l’intermédiaire de la télévision, acheter quelques souvenirs et payer en livres sterling, s’orienter dans Londres, Dublin ou Cardiff, oser demander son chemin « in English » et rendre la bonne direction, découvrir la gastronomie (!!) anglaise, mais surtout revenir en France avec l’envie de progresser en anglais pour mieux en profiter une fois prochaine seront de nobles objectifs. Acquérir des compétences linguistiques durant les quelques jours sur place est certes important, mais plus importante encore sera pour beaucoup d’élèves la découverte in vivo que les cours d’anglais au collège ont une finalité, qu’ils leur donnent les moyens d’échanger avec d’autres et leur ouvrent le monde.

Pour les plus grands, théoriquement plus indépendants, plus aguerris et riches d’un vocabulaire anglais élargi, et notamment pour les 3ème dont le Brevet des Collèges puis le Lycée approchent, un voyage en Angleterre ou en Irlande sera d’abord et avant tout l’occasion de pratiquer, pratiquer, et encore pratiquer… en situation réelle.

Hébergement collectif ou familial, quelle formule choisir pour les élèves ?

 

Vaste débat ! Si l’on interroge les élèves, l’hébergement collectif – en auberge de jeunesse ou dans une structure d’accueil spécialisée – est plébiscité. Il permet au groupe de rester ensemble, de limiter les risques de contact avec l’autochtone, et rassure les élèves puisque le principal dialecte utilisé demeure alors le français, ce qui limite considérablement les efforts à fournir… mais freine d’autant la progression en anglais. Pour les enseignants, l’hébergement collectif a l’avantage d’être plus facile à mettre en place. Il s’agit alors de gérer un groupe constitué et non des élèves éloignés les uns des autres.

messagerie téléphonique - Voyage scolaire AngleterreL’hébergement collectif offre d’innombrables possibilités autant en Angleterre qu’en Irlande. S’il éloigne un peu les élèves de la vie locale et des habitants, il a l’avantage de rassurer non seulement les plus jeunes élèves, mais aussi leurs parents. Confier son enfant à une famille que l’on ne connaît pas – et même si l’on sait que l’enseignant ne sera jamais loin et veillera – peut constituer une inquiétude ou un frein pour quelques parents de 6ème ou 5ème. Or un séjour en Angleterre, même en hébergement collectif, sera toujours plus profitable à l’élève qu’aucun séjour du tout à cause d’un refus parental.

Par contre, plus les élèves sont grands, et plus l’immersion totale doit être privilégiée. Visiter Londres en bus avec ses copains de classe est certes très agréable. Mais visiter Londres avec sa famille d’accueil, en ne communiquant qu’en anglais du matin au soir, sera toujours plus formateur même si plus fatigant. Devoir discuter à table avec une famille anglaise est une épreuve parfois redoutée, mais riche d’enseignements.

Sélectionner les familles d’accueil.

 

Si familles d’accueil il y a, le choix est un élément important, autant pour les élèves que pour les parents. Pour les élèves de 6ème ou 5ème, certains enseignants privilégient une formule d’hébergement intermédiaire consistant à loger deux enfants par famille. Cela a le mérite de rassurer les enfants – et souvent les parents – tout en leur permettant de vivre véritablement à l’anglaise, et d’échanger en anglais avec la famille. Cela a l’avantage aussi pour l’enseignant de diviser par deux le nombre de familles accueillantes à trouver…

Rechercher et choisir des familles d’accueil peut-être fait en se rapprochant de collègues anglais ou irlandais. Il suffit très souvent qu’un professeur anglais, sur place, fasse passer le mot dans son établissement pour que des familles se portent candidates. Les familles ayant le plus souvent des enfants, c’est autant de possibilités pour de futurs correspondants.

De façon générale, plus la famille d’accueil est large – parents, enfants, amis des enfants, voisins, etc… – et plus les possibilités d’échanges, voire de création de liens pérennes, seront nombreuses. Après le voyage, les réseaux sociaux sont aujourd’hui pour les ados un moyen très efficace permettant d’entretenir une relation avec des correspondants, même officieux.

Il existe aussi, en cas de besoin, des associations ou sociétés qui proposent désormais de trouver les familles d’accueil. N’hésitez pas à les interroger.

Donner et recevoir des nouvelles.

 

Si le temps le permet, il est toujours intéressant d’établir avant même le voyage un lien entre les élèves et les familles d’accueil et de prolonger si possible ce lien une fois le séjour terminé. Cela passe par des gestes simples, qui rentrent dans le cadre de l’enseignement et préparent les élèves au voyage : envoi de lettres ou e-mail pour se présenter à la famille d’accueil, petit cadeau symbolique ou « typiquement français » à l’arrivée, lettre de remerciement au retour, etc… N’oubliez pas : une famille d’accueil aura d’autant plus envie de renouveler l’expérience – et de garder des liens avec un élève – qu’elle l’aura apprécié durant son séjour.

Enfin, n’oubliez pas non plus que vos élèves, même adolescents, sont aussi des enfants et que leurs parents sont ainsi faits qu’ils s’inquiètent toujours lors des séparations. Certains parents ne maîtrisent pas l’anglais et l’idée d’être dans l’impossibilité d’avoir des nouvelles de leur enfant durant son absence peut être une source d’angoisse. Pour les rassurer et permettre à tout le monde de profiter pleinement du voyage, pensez à donner régulièrement des nouvelles aux familles. Pour cela, le service de messagerie téléphonie Keezam’tel est d’une aide précieuse. Il permet au responsable du voyage de laisser gratuitement des messages sur une plate forme téléphonique que les familles peuvent consulter à tout moment. Cela ne nécessite que quelques minutes par jour pour rassurer toutes les familles, et cela fonctionne dans toute l’Europe.

Pour aider les enseignants, Keezam met à leur disposition de nombreux exemples de dossiers pédagogiques de voyages scolaires. N’hésitez pas à consulter notamment les fiches pratiques suivantes :

Dossier pédagogique :

Boite vocale pour séjour jeunes

**